UNE AUTRE FOI - http://rolpoup2.zeblog.com/ <link rel="alternate" type="application/xml" title="RSS Commentaires" href="http://rolpoup2.zeblog.com/rsscom.php" /> <body>

UNE AUTRE FOI

<body>

À propos

« Il a mis
dans leur cœur
la pensée de l’éternité »


(Ecclésiaste 3, 11)


Catégories

Billets

-> Tous les billets /
Table des matières

Pages

<h3>Calendrier</h3> <table class="calendrier"> <caption class="calendrier-mois"><span class="calendrier-prec"><a href="http://rolpoup2.zeblog.com/2017/10">«</a></span>&nbsp;<a href="http://rolpoup2.zeblog.com/2017/11">Novembre&nbsp;2017</a></caption> <tr><th abbr="Lundi">Lun</th><th abbr="Mardi">Mar</th><th abbr="Mercredi">Mer</th><th abbr="Jeudi">Jeu</th><th abbr="Vendredi">Ven</th><th abbr="Samedi">Sam</th><th abbr="Dimanche">Dim</th></tr> <tr><td colspan="2">&nbsp;</td><td>1</td><td>2</td><td>3</td><td>4</td><td>5</td></tr> <tr><td>6</td><td>7</td><td>8</td><td>9</td><td>10</td><td>11</td><td>12</td></tr> <tr><td>13</td><td>14</td><td>15</td><td>16</td><td>17</td><td>18</td><td>19</td></tr> <tr><td>20</td><td>21</td><td>22</td><td>23</td><td>24</td><td>25</td><td>26</td></tr> <tr><td>27</td><td>28</td><td>29</td><td>30</td><td colspan="3">&nbsp;</td></tr> </table> <br> <h3>ERF Antibes/Vence :</h3> <a href="http://erfantibesvence.wordpress.com/" title="Église réformée de France à Antibes, Cagnes-sur-Mer et Vence" target="_blank"><img style="color:#000; border: 0px solid ; border-right: 1px solid ; border-bottom: 1px solid ; height: 50px; width: 200px;" src="http://www.zeblog.com/blog/uploads/r/rolpoup1/acv15.10.jpg" title="Église réformée de France à Antibes, Cagnes-sur-Mer et Vence" alt="Église réformée de France à Antibes, Cagnes-sur-Mer et Vence"></a> <br> <h3>Côté KT :</h3> <a href="http://ktrolpoup.zeblog.com/" title="Catéchisme" target="_blank"><img style="color:#000; border: 0px solid ; border-right: 1px solid ; border-bottom: 1px solid ; height: 50px; width: 200px;" src="http://www.zeblog.com/blog/uploads/k/ktrolpoup/kt56.jpg" title="Catéchisme" alt="Catéchisme"></a> <br> <h3>Prédications/méditations :</h3> <a href="http://rolpoup2.blogspot.com/" title="Prédications/méditations" target="_blank"><img style="color:#000; border: 0px solid ; border-right: 1px solid ; border-bottom: 1px solid ; height: 50px; width: 200px;" src="http://rolpoup.files.wordpress.com/2009/02/bible-gutenberg1.jpg" title="Prédications/méditations" alt="Prédications/méditations"></a> <br> <h3>Prédications :</h3> <a href="http://rolpoup2.blogspot.com/" title="Prédications / Dimanches et fêtes" target="_blank"><img style="color:#000; border: 0px solid ; border-right: 1px solid ; border-bottom: 1px solid ; height: 50px; width: 200px;" src="http://rolpoup.files.wordpress.com/2009/02/bible-gutenberg1.jpg" title="Prédications / Dimanches et fêtes" alt="Prédications / Dimanches et fêtes"></a>

Et puis...


Rechercher
dans les blogs 'rolpoup'


Fils RSS


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

(Ɔ) - Citer avec le lien
UNE AUTRE FOI


<script src="http://shots.snap.com/ss/052aabba95571680aaf32a0d71a38e43/snap_shots.js"></script>

Page précédente / Page suivante

<a name='e296266'></a>

« Contre toute espérance »

Par rolpoup :: lundi 18 février 2008 à 16:47 :: Raison & déraison

 

 

 

 

 

 

 



« Contre toute espérance »

 

ou : qu’entend-on par morale « chrétienne » ?

 

 

 

 

« Espérant contre toute espérance » (Romains 4, 18). Ce propos de Paul renvoie au récit de la Genèse concernant la promesse à Abra(ha)m et la foi du patriarche : « Espérant contre toute espérance, il crut et devint ainsi père d’un grand nombre de nations, selon ce qui avait été dit: Telle sera ta descendance ». Genèse 15, 5 & 6 : « Contemple donc le ciel, est-il dit à Abra(ha)m, et compte les étoiles, si tu peux les compter. Telle sera ta descendance. Abram crut en l’Éternel qui le lui compta comme justice. »

 

Voilà qui enseigne tout simplement que l’espérance biblique ne se confond pas avec l’espérance « immanente » — qu’elle soit espérance personnelle, sociale ou politique.

 

Non que cette espérance « contre toute espérance » ne puisse pas éventuellement faire effet de moteur d’une espérance immanente, mais le croyant qui espère, comme ici Abraham, n’est en soi d’aucune utilité sociale ! Telle n’est pas sa « fonction », si tant est qu’il soit censé en avoir une de cet ordre !

 

Tel que relu par Paul, le texte de la Genèse renvoie au miracle radical qui est annoncé à Abraham : la naissance d’un fils, alors qu’il a près de 100 ans, naissance d’un fils de Sara qui a plus de 90 ans ! Voilà ce qu’est selon Paul l’espérance biblique, juive et chrétienne. « Sans faiblir dans la foi, Abra(ha)m considéra son corps presque mourant, puisqu’il avait près de cent ans, et le sein maternel de Sara déjà atteint par la mort. » (v. 19)

 

Point question ici d’espérance « espérable » ! Point question donc de cette espérance qui appuie la Cité, ou qui établit la République ! C’est au point même que c’est contre ce type d’espérance-là, contre les espérances concevables, qu’Abraham a espéré.

 

Et c’est cette espérance-là, contre l’espérance concevable, donc, que Paul donne en référence aux croyants comme fondement du salut par la foi seule, indépendamment des œuvres — et indépendamment des œuvres morales !

 

Lisons un peu plus loin en effet : « Devant la promesse divine, Abraham ne succomba pas au doute, mais il fut fortifié par la foi et rendit gloire à Dieu, pleinement convaincu que, ce qu’il a promis, Dieu a aussi la puissance de l’accomplir. Voilà pourquoi cela lui fut compté comme justice. Or, ce n’est pas pour lui seul qu’il est écrit : cela lui fut compté, mais pour nous aussi, nous à qui la foi sera comptée, puisque nous croyons en celui qui a ressuscité d’entre les morts Jésus notre Seigneur, livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification. » (Romains 4, 20-25).

 

Voilà donc qu’il est question de « fautes » et de « justice », de « justification ». De nos fautes et de notre « justification ».

 

Or, qu’est-ce que Paul essaie d’expliquer par ce développement ? Ceci : « nous comptons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi. » (Romains 3, 28). C’est là le début de son développement. Paul est en train d’expliquer que « les œuvres » — et donc les œuvres morales —, que n’ont pas pratiquées les « païens », sont sans incidence sur le salut, sur la justice intérieure : on est sauvé par la foi seule, une foi similaire à celle d’Abraham, qui a « espéré contre toute espérance » — bref une foi qui est l’effet d’un miracle du même type de que celui produit dans le sein de Sara âgée de plus de 90 ans, et auquel Abraham a cru !

 

Voilà le préalable de l’affirmation de l’espérance chrétienne quant au don miraculeux du salut !

 

On est très loin de l’espérance sociale ! Et même si cela peut la fonder, ou la rejoindre, cela ne peut en aucun cas être instrumentalisé pour l’appuyer. On doit même dire que dans un perspective croyante, instrumentaliser une espérance de cet ordre est, en soi, la trahir !

 

Cette espérance transcende même la morale, dès lors appelée « chrétienne » de façon impropre.

 

C’est ainsi que Paul va fonder « sa morale », radicalement seconde par rapport au salut — le salut n’en dépend en aucune façon ! — sur une synthèse de traditions bibliques et de philosophie naturelle grecque. On trouve chez lui des propos tels que « la nature nous enseigne que… » (I Corinthiens 11, 14.) De quelle nature s’agit-il ? Paul le dit lui-même : il est question chez lui des « éléments », des « principes élémentaires » (Galates 4, 3), de la « Création » (Romains 1, 20) — bref, une synthèse de nature biblique et de nature hellénistique.

 

Au premier siècle, la nature hellénistique est elle-même, on le sait, une synthèse issue des principaux courants de la philosophie grecque : le livre des Actes des Apôtres en mentionne deux avec lesquels Paul dialogue : le stoïcisme et l’épicurisme (Actes 17, 18).

 

Voilà donc le fondement de la morale chrétienne : une morale commune, synthèse de tradition juive et biblique et de philosophie grecque de la nature.

 

Une morale qui n’a en aucune cas besoin de l’appui de l’espérance transcendante, « contre toute espérance » qui, elle, relève de la foi. On pourrait dire, en termes contemporains, une morale laïque.

 

On retrouve alors le propos de l’Ecclésiaste, qui fonde sa morale sur l’observation de l’expérience immanente, indépendamment de toute espérance en un au-delà. « Les vivants, en effet, savent qu’ils mourront ; mais les morts ne savent rien et pour eux il n’y a plus de salaire, puisque leur souvenir est oublié » (Ecclésiaste 9, 5).

 

Ainsi, « va, mange avec joie ton pain, et bois de bon cœur ton vin ; car Dieu a déjà agréé tes œuvres » (Ecclésiaste 9, 7).

 

« Tout ce que ta main se trouve capable de faire, fais-le par tes propres forces ; car il n’y a ni œuvre, ni bilan, ni savoir, ni sagesse dans le séjour des morts où tu t’en iras » (Ecclésiaste 9, 10).

 

Cette capacité même de se réjouir est le don de Dieu pour ce temps : « il n’y a de bon pour l’homme que de manger et de boire, et de voir pour lui-même le bon côté de sa peine ; mais j’ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu » (Ecclésiaste 2, 24).

 

C’est pourquoi le discours de l’Ecclésiaste se conclut par « crains Dieu et observe ses commandements, car c’est là tout l’homme » (Ecclésiaste 12, 13).

 

Où l’on retrouve tout simplement l’enseignement de Jésus : « Ne vous inquiétez donc pas pour le lendemain : le lendemain s’inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine » (Matthieu 6, 34).

 

Où la « morale chrétienne » est tout simplement la morale universelle (et y en a-t-il autre qu’universelle ?), avec cette « règle d’or » : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux, car c’est la loi et les prophètes » (Matthieu 7, 12 — cf. Luc 6, 31).

 

Paul le redit ainsi : « toute la loi est accomplie dans une seule parole, celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Galates 5,14).

 

Cela dit, « nous savons cependant que l’homme n’est pas justifié par les œuvres de la loi » (Galates 2, 16). « Que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident puisque — selon Habacuc 2, 4 — le juste vivra par la foi » (Galates 3, 11). Ici, on entre bien, précisément, dans le domaine de la foi, on sort du domaine commun — laïque. On entre dans un domaine où le politique n’a pas de regard, un domaine qu’il lui est donc illégitime d’instrumentaliser, et où les croyants doivent veiller à ce qu’eux et leur espérance ne soient pas instrumentalisés, en « échange » de ce qu’ils n’ont pas de « morale spécifique » ou « transcendante » à imposer.

 

 

RP

 

 

 

<h2 style="margin-top:10px;">Trackbacks</h2> <div id="trackbacks"> Pour faire un trackback sur ce billet : http://rolpoup2.zeblog.com/trackback.php?e_id=296266</div> <h2>Commentaires</h2> <div id="commentaires"> Aucun commentaire pour le moment. </div> <h2>Ajouter un commentaire</h2> <div id="commentaires"> <form action="http://rolpoup2.zeblog.com/blog/post_comment.php" method="POST" name="info"> Nom ou pseudo :<br /> <input type="text" name="nickname" value=""><br /><br /> Email (facultatif) :<br /> <input type="text" name="mail" value=""><br /><br /> Site Web (facultatif) :<br /> <input type="text" name="site" value="http://"><br /><br /> Commentaire :<br /> <textarea rows="7" cols="35" name="contents"></textarea><br /><br /> <script type="text/javascript" src="http://www.google.com/recaptcha/api/challenge?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9"></script> <noscript> <iframe src="http://www.google.com/recaptcha/api/noscript?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9" height="300" width="500" frameborder="0"></iframe><br/> <textarea name="recaptcha_challenge_field" rows="3" cols="40"></textarea> <input type="hidden" name="recaptcha_response_field" value="manual_challenge"/> </noscript> <input type='submit' class='button' value='Envoyer'>&nbsp; <input type='hidden' name='task' value='dopost'> <input type='hidden' name='u' value='rolpoup2'> <input type='hidden' name='e_id' value='296266'> <input type='hidden' name='titre' value='« Contre toute espérance »'> <input type='hidden' name='IP' value='54.166.188.64'> <input type='hidden' name='temps_secs' value='D/(;(-?*F' /> </form> </div>
Copyright © UNE AUTRE FOI - Blog créé avec ZeBlog