UNE AUTRE FOI - http://rolpoup2.zeblog.com/ <link rel="alternate" type="application/xml" title="RSS Commentaires" href="http://rolpoup2.zeblog.com/rsscom.php" /> <body>

UNE AUTRE FOI

<body>

À propos

« Il a mis
dans leur cœur
la pensée de l’éternité »


(Ecclésiaste 3, 11)


Catégories

Billets

-> Tous les billets /
Table des matières

Pages

<h3>Calendrier</h3> <table class="calendrier"> <caption class="calendrier-mois"><span class="calendrier-prec"><a href="http://rolpoup2.zeblog.com/2017/10">«</a></span>&nbsp;<a href="http://rolpoup2.zeblog.com/2017/11">Novembre&nbsp;2017</a></caption> <tr><th abbr="Lundi">Lun</th><th abbr="Mardi">Mar</th><th abbr="Mercredi">Mer</th><th abbr="Jeudi">Jeu</th><th abbr="Vendredi">Ven</th><th abbr="Samedi">Sam</th><th abbr="Dimanche">Dim</th></tr> <tr><td colspan="2">&nbsp;</td><td>1</td><td>2</td><td>3</td><td>4</td><td>5</td></tr> <tr><td>6</td><td>7</td><td>8</td><td>9</td><td>10</td><td>11</td><td>12</td></tr> <tr><td>13</td><td>14</td><td>15</td><td>16</td><td>17</td><td>18</td><td>19</td></tr> <tr><td>20</td><td>21</td><td>22</td><td>23</td><td>24</td><td>25</td><td>26</td></tr> <tr><td>27</td><td>28</td><td>29</td><td>30</td><td colspan="3">&nbsp;</td></tr> </table> <br> <h3>ERF Antibes/Vence :</h3> <a href="http://erfantibesvence.wordpress.com/" title="Église réformée de France à Antibes, Cagnes-sur-Mer et Vence" target="_blank"><img style="color:#000; border: 0px solid ; border-right: 1px solid ; border-bottom: 1px solid ; height: 50px; width: 200px;" src="http://www.zeblog.com/blog/uploads/r/rolpoup1/acv15.10.jpg" title="Église réformée de France à Antibes, Cagnes-sur-Mer et Vence" alt="Église réformée de France à Antibes, Cagnes-sur-Mer et Vence"></a> <br> <h3>Côté KT :</h3> <a href="http://ktrolpoup.zeblog.com/" title="Catéchisme" target="_blank"><img style="color:#000; border: 0px solid ; border-right: 1px solid ; border-bottom: 1px solid ; height: 50px; width: 200px;" src="http://www.zeblog.com/blog/uploads/k/ktrolpoup/kt56.jpg" title="Catéchisme" alt="Catéchisme"></a> <br> <h3>Prédications/méditations :</h3> <a href="http://rolpoup2.blogspot.com/" title="Prédications/méditations" target="_blank"><img style="color:#000; border: 0px solid ; border-right: 1px solid ; border-bottom: 1px solid ; height: 50px; width: 200px;" src="http://rolpoup.files.wordpress.com/2009/02/bible-gutenberg1.jpg" title="Prédications/méditations" alt="Prédications/méditations"></a> <br> <h3>Prédications :</h3> <a href="http://rolpoup2.blogspot.com/" title="Prédications / Dimanches et fêtes" target="_blank"><img style="color:#000; border: 0px solid ; border-right: 1px solid ; border-bottom: 1px solid ; height: 50px; width: 200px;" src="http://rolpoup.files.wordpress.com/2009/02/bible-gutenberg1.jpg" title="Prédications / Dimanches et fêtes" alt="Prédications / Dimanches et fêtes"></a>

Et puis...


Rechercher
dans les blogs 'rolpoup'


Fils RSS


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

(Ɔ) - Citer avec le lien
UNE AUTRE FOI


<script src="http://shots.snap.com/ss/052aabba95571680aaf32a0d71a38e43/snap_shots.js"></script>

Page précédente / Page suivante

<a name='e401929'></a>

"Tu choisiras la vie"

Par rolpoup :: lundi 09 mars 2009 à 18:00 :: Temps d'exil

 


 

 


 

 

 


« J’ai mis devant toi la vie et la mort…

Tu choisiras la vie »
(Deutéronome 30, 19)

 

 

 

 

 

Au livre du Deutéronome :

29, 29 (28) Au Seigneur notre Dieu sont les choses cachées, et les choses révélées sont pour nous et nos enfants à jamais, pour que soient mises en pratique toutes les paroles de cette Loi.

 

30, 1 Et quand arriveront sur toi toutes ces choses, la bénédiction et la malédiction que j'avais mises devant toi, alors tu réfléchiras parmi toutes les nations où le Seigneur ton Dieu t'aura emmené:

2 tu reviendras jusqu'au Seigneur ton Dieu, et tu écouteras sa voix, toi et tes fils, de tout ton cœur, de tout ton être, suivant tout ce que je t'ordonne aujourd'hui.

3 Le Seigneur ton Dieu changera ta destinée, il te montrera sa tendresse, il te rassemblera de nouveau de chez tous les peuples où le Seigneur ton Dieu t'aura dispersé.

4 Même si tu as été emmené jusqu'au bout du monde, c'est de là-bas que le Seigneur ton Dieu te rassemblera, c'est là-bas qu'il ira te prendre.

5 Le Seigneur ton Dieu te fera rentrer dans le pays qu'ont possédé tes pères, et tu le posséderas; il te rendra heureux et nombreux, plus que tes pères.

6 Le Seigneur ton Dieu te circoncira le cœur, à toi et à ta descendance, pour que tu aimes le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être, afin que tu vives;

[…]

11 Oui, ce commandement que je te donne aujourd'hui n'est pas trop difficile pour toi, il n'est pas hors d'atteinte.

12 Il n'est pas au ciel; on dirait alors: "Qui va, pour nous, monter au ciel nous le chercher, et nous le faire entendre pour que nous le mettions en pratique ?"

13 Il n'est pas non plus au-delà des mers; on dirait alors: "Qui va, pour nous, passer outre-mer nous le chercher, et nous le faire entendre pour que nous le mettions en pratique ?"

14 Oui, la parole est toute proche de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, pour que tu la mettes en pratique.

15 Vois: je mets aujourd'hui devant toi la vie et le bonheur, la mort et le malheur,

[…]

19 J'en prends à témoin aujourd'hui contre vous le ciel et la terre: c'est la vie et la mort que j'ai mises devant vous, c'est la bénédiction et la malédiction. Tu choisiras la vie pour que tu vives, toi et ta descendance,

20 en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix et en t'attachant à lui. C'est ainsi que tu vivras et que tu prolongeras tes jours, en habitant sur la terre que le Seigneur a juré de donner à tes pères Abraham, Isaac et Jacob.

 

*

 

« Tu choisiras la vie ». Quelle vie ? La mort n’est-elle pas le découché normal de la vie ? Peut-il être question de choisir la vie quand la mort est inéluctable ?

 

« Ni œuvre, ni raison, ni science, ni sagesse dans le séjour des morts où tu vas », écrit l’Ecclésiaste (9, 10).

 

Rien à rajouter à ce constat !

 

Quant à la religion, dont il est question puisqu’il s’agit de rapport à Dieu…

Et si elle avait simplement « été "sélectionnée" par l’évolution, ce qui expliquerait qu’elle imprègne aujourd’hui toutes les sociétés humaines. » (http://www.sciencepresse.qc.ca/node/22945) C’est ce que nous en disent psychologues évolutionnistes, et nombre de neurologues et biologistes. Une approche au cœur du best seller du biologiste anglais Richard Dawkins, intitulé en français : Pour en finir avec Dieu (livre par ailleurs très intéressant, quoique la partie parlant de la Bible (*) soit plus faible — mais un bon biologiste ne fait pas forcément un bon exégète…).

 

L’approche, que je trouve intéressante, présente la religion comme effet momentanément utile de la sélection naturelle… Utile… quoique ! « Tout le monde n’est pas d’accord » avec l’utilité évolutionniste de certains aspects de la religion, poursuit l’article de Science Presse que je viens de citer : « l’anthropologue Scott Atran, de l’Université Ann Arbor (Michigan), se demande par exemple en quoi la croyance en une vie après la mort est compatible avec le désir de survivre ici et maintenant, et de propager nos gènes vers la génération suivante.

Mais les arguments "pour" ont une saveur convaincante. La manière par laquelle le cerveau des enfants de moins de 5 ans explique le monde qui les entoure — magie et surnaturel — est similaire à la façon dont les adultes l’expliqueront. L’éducation et l’expérience nous enseignent certes à nous détacher des explications surnaturelles, mais ça ne nous quitte jamais totalement », expliquent des spécialistes dans le New Scientist.

« Mieux, derrière l’explication "Dieu", il y a un besoin omniprésent, celui d’associer illico presto une cause à un effet. Pourquoi cela ? Parce que c’est ainsi que fonctionnaient nos ancêtres animaux, depuis des centaines de millions d’années : vous voyez quelque chose bouger, vous présumez que c’est un prédateur et vous fuyez tout de suite. Cause et effet : c’est une stratégie de survie qui s’est avérée payante ! » (Ibid.)

 

Autant dire tout de suite que pour moi, parler de « cause », dans le cadre d’une idée de cause à effet, à propos de Dieu, ne semble pas satisfaisant, pas plus que de parler du terme d’un « process ». Autant de façons d’en faire une notion utilitaire, une hypothèse en attendant une meilleure explication — quand par-dessus le marché, la dite « meilleure explication » est apparemment déjà en place ! J’avoue ne pas saisir l’idée qui veut que « Dieu » (et ici il vaut bien les guillemets), soit une hypothèse concurrentielle à celles des laboratoires de recherche ! …

 

Je retiendrais volontiers des théories évolutionniste de la religion que — je cite Daniel Baril, auteur d’un livre intitulé « La grande illusion » — : « la croyance au surnaturel découle en partie des mécanismes qui favorisent la cohésion à l’intérieur d’un groupe. Émile Durkheim lui-même a qualifié la religion d’"étendard du clan"; elle est le "symbole par lequel l’individu définit et maintient son appartenance à un groupe". La grande illusion, c’est cette inclination à croire à un agent extérieur qui orchestre la marche du monde. "Depuis toujours, on a cherché un sens aux catastrophes naturelles et aux drames qui surviennent dans la vie, comme s’ils étaient le résultat d’une intention, remarque Daniel Baril. Il est rassurant de penser qu’une logique règle l’ordre du monde."

Cette façon de voir a peut-être aidé l’humanité, même à ses balbutiements. "La croyance au surnaturel est une illusion sur le plan intellectuel, mais elle ne contrevient pas aux lois de la sélection naturelle. C’est pourquoi elle persiste." » 

(http://www.iforum.umontreal.ca/Forum/2006-2007/20061002/AU_2.html)

 

Ce serait là le sens de l’injonction biblique à choisir la vie, en relation avec l’observance de la Loi de Moïse — puisque c’est là que nous situe le texte. Avec même — j’allais dire — une « allusion » à la perspective évolutionniste : « Tu choisiras la vie pour que tu vives, toi et ta descendance ». D’autant que le dernier verset du chapitre précédent, (ch. 29, v. 29) a souligné d’emblée : « Au Seigneur notre Dieu sont les choses cachées, et les choses révélées sont pour nous et nos enfants à jamais, pour que soient mises en pratique toutes les paroles de cette loi »

 

Voilà un premier niveau de lecture de l’injonction « tu choisiras la vie », un niveau strictement collectif : l’observance de la Loi divine comme condition de survie du groupe.

 

*

 

Reste la prise à témoin du « ciel et de la terre » — qui peut renvoyer à toute autre chose. Je reprends ma référence à l’Ecclésiaste, lequel, me semble-t-il, n’a fait qu’être confirmé par le temps qui a dévoilé la fragilité minuscule de notre existence dans l’immensité « des espaces infinis ».

 

On estime aujourd’hui que l’Univers observable compte quelques centaines de milliards de galaxies de « masse significative », c’est-à-dire contenant quelques centaines de milliards d’étoiles. Ce nombre n’est toutefois pas limitatif, puisque le nombre d’étoiles des galaxies dites « naines », c’est-à-dire ne comptant « que » quelques millions d'étoiles, est difficile à déterminer du fait de leur masse et de leur luminosité « très faibles », et qu’en outre d’autres, trop lointaines, échappent à notre observation. L’Univers dans son ensemble, dont l’extension réelle n’est pas connue, est susceptible de compter un nombre immensément plus grand de galaxies.

 

Bref, quelques centaines de milliards de galaxies de masse significative sans compter les galaxies moins grandes, et donc plus difficilement observables, et les autres qui nous échappent !

 

Notre galaxie, la Voie lactée, est une des centaines de milliards de galaxies observables, et de masse dite « significative ». La Voie lactée a une extension de l’ordre de 100 000 années-lumière. C’est-à-dire que l’on perçoit les étoiles lointaines de notre seule galaxie comme elles étaient il y a 100 000 ans. Et notre galaxie est donc une seule de ces galaxies de quelques centaines de milliards d’étoiles.

 

Le soleil est une des centaines de milliards d’étoiles de cette galaxie, elle-même une parmi quelques centaines de milliards de galaxies semblables observables. Le soleil est donc l’étoile de notre système solaire, autour duquel tourne la terre — sur laquelle nous nous questionnons sur tout cela aujourd’hui. Voilà qui ne fait que renforcer l’intuition de l’Ecclésiaste !

 

Le ciel et la terre, témoins, comme signe de Dieu — qui est toute autre chose qu’une hypothèse alternative à la théorie de l’évolution, hypothèse dont nous aussi, comme l’aurait dit à son « sire » un savant célèbre, pouvons bien nous passer !

 

« Ni œuvre, ni raison, ni science, ni sagesse dans le séjour des morts où tu vas », affirme donc l’Ecclésiaste (9,10) — soulignant à l’envi combien tout est vanité pour les minuscules créatures que nous sommes ! Minuscules dans l’infini, et cantonnées dans un temps bien bref, qui débouche inéluctablement sur le « séjour des morts » — où il n’y a « ni œuvre, ni raison, ni science, ni sagesse »

 

L’Ecclésiaste en a conclu : « tout ce que tu trouves à faire sous ce soleil de vanité, fais-le »…

 

Conclusion, apparemment paradoxale : son constat aurait semblé pouvoir conduire aussi bien à un « à quoi bon ? » désespéré !

 

Or c’est aussi contre cela que s’inscrivent les textes, pensons à la conclusion de l’Ecclésiaste (« crains Dieu et observe ses commandements. C’est là tout l’homme » - ch. 12, v. 13) — et notre texte du Deutéronome.

 

« Choisis la vie » alors que l’intelligence que te donne la méditation de la Loi et de la création, et l’expérience de l’exil dont il est question dans le passage ; alors que tout cela te conduit à un inéluctable « à quoi bon ? » — aussi inéluctable que la mort à la fin de la vie…

 

D’autant qu’il apparaît à la réflexion que la vie se bâtit sur la mort. Pensons aux prédateurs carnivores, ou aux parasites, dont l’équivalent du « choisis la vie » est un évident combat à mort contre les créatures que sont leurs victimes et dont la mort et la souffrance sera la garantie de la vie, ou même simplement de la survie, des prédateurs ou des parasites…

 

Le philosophe Schopenhauer partait du même constat : le mal construit le monde, mais vu ce qu’est le monde, ce n’est pas pour le mieux. Tout cela est le fruit, non pas de la claire intelligence en route vers son dévoilement, ou dans le « process », comme pour les optimistes ; mais procède d’une volonté obscure, le sombre et tragique vouloir-vivre.

 

En résumé, dans un imaginaire, ou une spiritualité, évolutionniste, tout le monde est d’accord pour dire qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser d’œufs : les premiers s’y résolvent, qui aiment bien l’omelette : au fond, si l’omelette est à ce prix, eh bien ! – passons-en par là.

 

Les seconds considèrent qu’au regard de ce qu’est l’omelette, il n’est pas si sûr que cela valait bien le coup de casser les œufs. Si ce sont là les douleurs de l’enfantement évoquées par Paul, eh bien ! — pour le dire comme l’Ecclésiaste, « l’avorton est finalement le plus heureux ».

 

Schopenhauer en concluait, raisonnablement, qu’il est donc préférable d’anéantir en soi le vouloir-vivre qui bâtit ce monde malheureux. Mieux vaut combattre ce vouloir-vivre, viser au bienheureux néant d’où il aurait mieux valu ne jamais sortir…

 

*

 

C’est là ce que ne dit pas le texte biblique. C’est la conclusion, qu’à partir du même constat, il ne tire pas !

 

On l’a entendu — au contraire : « tu choisiras la vie » ! afin que tu vives, « toi et ta descendance ».

 

Avec quel chemin de la vie, dans ce texte ? — : l’observance de la Loi.

 

Assumer quand même, en vivant selon la Loi, le vouloir-vivre que tout récuse. Tout, jusqu’à la conviction que rien de cela n’échappe à Dieu : « je forme la lumière et je crée les ténèbres, je fais le bonheur et je crée le malheur : c'est moi, le Seigneur, qui fais tout cela » (Ésaïe 45, 7).

 

Eh bien, « tu choisiras la vie » !

 

D’emblée une remarque : le choix de la vie face auquel ciel et terre sont pris à témoin « contre toi », relève d’un véritable acte de foi ! Assumant l’annonce que « la parole est toute proche de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur » (Dt 30, v. 14)

 

Car si l’observance de la Loi est chemin de vie, il s’agit tout de même de poser un acte de foi — face à ce qui semblerait s’avérer impossible ! Eh bien non, rien d’inhumain malgré les apparences : « la parole est toute proche de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur ».

 

Un texte, qui, pour les chrétiens, évoque spontanément l’Épître de Paul aux Romains, et la lecture qu’il en fait. Pour l’Apôtre la parole en question est le Christ — la parole faite proche en Jésus.

 

Exégèse apparemment bizarre — qui semble conduire bien loin du Deutéronome… Si ce n’est qu’on l’entende en rapport, précisément, avec la question de la proximité de la Loi, de la paradoxale simplicité du choix de vie qu’elle offre.

 

*

 

Où se résout peut-être la tension chrétienne — paulinienne en tout cas, et luthérienne — entre la Loi et la foi.


Un petit détour, où je me placerai dans une perspective calviniste, en cette année Calvin.

 

Calvin distingue trois usages de la Loi : l’usage pédagogique, l’usage politique et l’usage normatif.

 

Trois usages :

- Selon son usage pédagogique, la Loi produit en l’homme la conscience de son incapacité à accomplir ce qu’elle prescrit ou défend (exemple classique : l’interdit de la convoitise — qui peut dire être exempt de convoitise ? Son interdiction est pourtant un précepte du décalogue). Sous cet angle, la Loi sert de « pédagogue » pour nous conduire à recourir à la grâce de Dieu: reconnaissant n’être pas à la hauteur de ses exigences, j’en appelle à Dieu. Où l’on retrouve le « près de toi » que Paul lira comme référant à la proximité, la présence, de la parole de Dieu en Jésus.

- Selon son usage politique ou civil, la Loi a pour but de restreindre le mal dans la Cité et de promouvoir la justice. Elle fournit des principes, qui s’appliquent de façon analogique selon les temps et les lieux dans la vie civile et politique.

- Selon son troisième usage, la Loi devient chemin de libération. Notre libération est effectivement mise en œuvre par ce que produit en nous l’injonction de la Loi. Exemple : le commandement donné à Abraham, ou au peuple libéré de l’esclavage : « quitte ton pays », « sors de l’esclavage ». La libération qui est dans le recours à la grâce ne produit son effet que si elle reçue et donc mise en œuvre.

 

La liberté donnée à la foi seule qui reçoit la grâce — ce seul recours, selon l’usage pédagogique de la Loi — ; cette liberté ne devient effective que lorsque l’exigence de la Loi donnée comme norme suscite, parce qu’elle est entendue, la mise en route obéissante.

 

Où il faut répondre à une question que la fidélité selon la pratique juive pourrait voir apparaître : mais on ne sache pas que les chrétiens protestants, et calvinistes, pratiquent les mitsvoth — les 613 commandements de la Loi biblique — ?! Pas plus que les autres chrétiens…

 

Où il faut parler, à côté de trois usages de la Loi, de trois aspects de la Loi : l’aspect moral, l’aspect cérémoniel et l’aspect judiciaire.

 

L’aspect cérémoniel (les cérémonies religieuses de la Loi) et l’aspect judiciaire (dans la gestion de la vie le la Cité), sont perçus, quant à leur lettre, comme correspondant à un temps et à une culture donnée. Mais ils peuvent varier dans leur pratique selon les circonstances. Ainsi, quant à l’aspect cérémoniel, on ne pratique pas aujourd’hui de sacrifices d’animaux dans le Temple de Jérusalem — de toute façon détruit (sacrifices correspondant pourtant à des mitsvoth cérémonielles). Une perspective calviniste considère que cela vaut pour tout commandement en son aspect cérémoniel — lié à des temps, des lieux, des cultures. Cela vaut aussi pour l’aspect judiciaire : par exemple les formes de gouvernements, qui sont variables selon les lieux.

 

En revanche l’aspect moral, comme norme idéale, comme visée de perfection, n’est pas sujet aux variations culturelles, même si son application s’adapte aux circonstances dans ce qui est l’usage normatif de la Loi.

 

Le troisième usage de la Loi, l’usage normatif, apparaît alors comme mise en œuvre de son aspect moral, comme injonction libératrice.

Où l’on retrouve les préceptes comme « lève-toi et marche » commandement adressé par Pierre au paralytique ; « sors de ta tombe » ; commandement adressé par Jésus à Lazare, « va pour toi » (Lekh lekha) commandement adressé par Dieu à Abraham — et « tu choisiras la vie », l’injonction libératrice que nous donne Moïse au Deutéronome.

 

Telle est alors la parole de Dieu donnée comme Loi, parole libératrice, créatrice d’impossible. C’est là le Dieu créateur de la Bible — et non pas une hypothèse en concurrence avec les laboratoires de recherche !

 

C’est devant un Dieu vivant que nous sommes placés… Dieu vivant et vivificateur par la Parole qui nous fonde comme êtres pour la liberté : « Tu choisiras le vie ».

 

 

R.P.,

AJC Draguignan, 09.03.09

 

 

 (* Et des questions de philosophie religieuse en général.)

 




<h2 style="margin-top:10px;">Trackbacks</h2> <div id="trackbacks"> Pour faire un trackback sur ce billet : http://rolpoup2.zeblog.com/trackback.php?e_id=401929</div> <h2>Commentaires</h2> <div id="commentaires"> Aucun commentaire pour le moment. </div> <h2>Ajouter un commentaire</h2> <div id="commentaires"> <form action="http://rolpoup2.zeblog.com/blog/post_comment.php" method="POST" name="info"> Nom ou pseudo :<br /> <input type="text" name="nickname" value=""><br /><br /> Email (facultatif) :<br /> <input type="text" name="mail" value=""><br /><br /> Site Web (facultatif) :<br /> <input type="text" name="site" value="http://"><br /><br /> Commentaire :<br /> <textarea rows="7" cols="35" name="contents"></textarea><br /><br /> <script type="text/javascript" src="http://www.google.com/recaptcha/api/challenge?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9"></script> <noscript> <iframe src="http://www.google.com/recaptcha/api/noscript?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9" height="300" width="500" frameborder="0"></iframe><br/> <textarea name="recaptcha_challenge_field" rows="3" cols="40"></textarea> <input type="hidden" name="recaptcha_response_field" value="manual_challenge"/> </noscript> <input type='submit' class='button' value='Envoyer'>&nbsp; <input type='hidden' name='task' value='dopost'> <input type='hidden' name='u' value='rolpoup2'> <input type='hidden' name='e_id' value='401929'> <input type='hidden' name='titre' value='"Tu choisiras la vie"'> <input type='hidden' name='IP' value='54.166.188.64'> <input type='hidden' name='temps_secs' value='D/(;(-@,I' /> </form> </div>
Copyright © UNE AUTRE FOI - Blog créé avec ZeBlog